Le raisin est un fruit parfait.



Le raisin est une grande vedette et d’un point de vue gastronomique et diététique, c’est un fruit parfait.
 

On a découvert des pépins vieux de cinquante millions d’années.
 On a retrouvé des vignes fossiles au Portugal notamment. Dans son arche, Noé n’avait pas seulement des animaux, mais aussi des ceps de vigne, qui ont toujours été un symbole de joie de vivre. En Egypte, on a découvert des dessins dans les tombes qui montrent qu’on cultivait le raisin plus de deux mille ans avant Jésus-Christ. 

La vigne a été introduite en France, en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne par les Romains.
 Mais le raisin destiné au vin et le raisin de table sont des variétés différentes. 

Pourquoi appelle-t-on une variété de raisin sec, les raisins de Corinthe ?
 Parce que Corinthe est le nom d’une ville grecque où s’effectuait le commerce intensif de ces raisins il y a des siècles. Les raisins de Corinthe ont une taille minuscule. Ils conviennent pour les cakes. Les raisins secs plus gros peuvent enrichir des ragoûts ou un couscous. 

Les raisins de Malaga ont des gros-grains charnus, pratiquement sans pépins, à la saveur musquée.
 

Les raisins de Smyrne viennent de Turquie.
 Ils ont une saveur délicatement acidulée, mais une peau épaisse. Ils sont plus gros que les raisins de Corinthe. 

Enfin, on trouve aujourd'hui beaucoup de raisins de Californie :
 ils sont petits, blonds et bien ronds. Avec eux aussi, c’est du gâteau... 

Le raisin, il faut le savoir, fournit autant d’éléments nutritifs que le lait de femme...
 On a même pu dire que le jus de raisin est un véritable lait végétal. Il contient beaucoup de sucres, de 14 à 35 % selon les variétés. Ce sont des sucres facilement assimilables. Il fournit des vitamines A, B et un peu de vitamines C, des sels minéraux, et surtout du tanin qui est un véritable protecteur du circuit intestinal. Si vous avez du diabète, n’en mangez pas. Et si vous ne voulez pas grossir, faites attention... Sinon, il convient à tout le monde et les médecins conseillent d’en manger largement (on peut même en faire une cure.) pour décrasser l’organisme avant d’affronter l’hiver. Mais attention, une cure intensive de raisins doit être suivie par un médecin. 

On peut en tout cas le conseiller à ceux qui pratiquent des sports d’endurance, aux surmenés, aux convalescents, à ceux qui ont des rhumatismes, et naturellement à tous ceux qui sont en bonne forme.
 Le raisin est laxatif, diurétique, il décongestionne le foie. Il renforce la résistance des vaisseaux sanguins. 

Bref, rien que des bonnes choses et il n’y a aucune raison de reparler des raisins de la colère.
 

Mais attention :
 le raisin perd très vite ses vitamines. Il faut le consommer le plus vite possible après la cueillette. Voyez si les grappes sont belles, en bonne santé, et regardent la tige principale : si elle est brune, la grappe a été cueillie depuis trop longtemps. Elle doit être solide et bien verte. 



Jacques Kother 

La production mondiale de raisin, y compris le raisin de cuve, atteint près de 

60 000000 t, dont au moins 12 millions sont destinés à la consommation en frais. 

La production de raisin de table de l'Union européenne est de 2 300 000 t. L’Italie. 

Domine avec 66 % des quantités produites. 

Les échanges mondiaux s’élèvent à 2 300 000 t. l'Union européenne exporte. 

860 000 t, dont 80 % proviennent d’Italie, d’Espagne et de Grèce. 

Les exportations font l’objet de commerce extra-communautaire, dont plus de 90 %. 

Avec les autres pays européens, y compris la Russie. 

L’approvisionnement du marché français est assuré à 37 % par la production. 

Métropolitaine, avec les variétés Chasselas, Muscat de Hambourg et Alphonse 

La vallée principalement, et à 63 % par des achats à l’étranger. 

Les importations proviennent d’Italie (70 %, variété Italia en majorité), d’Espagne. 

(16 %) , et au cours du premier semestre, de l’hémisphère Sud (10 %). 

Entre 1995 et 2000, les exportations ont varié entre 16 000 et 23 000 t selon les  années. 

La consommation française en frais est d’environ 3,5 kg par personne et par an. 

 

Sources www.passeportsante.net

 

Le raisin est un fruit impressionnant de par ses nombreux effets santé. Le contenu en antioxydants du fruit et de son jus explique en grande partie les effets bénéfiques qu’on leur attribue. De plus, le raisin est une source de plusieurs nutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme.

Principes actifs et propriétés

Composés phénoliques. Les radicaux libres sont des molécules très réactives qui sont produites naturellement par le corps, mais dont la production est augmentée par une exposition prolongée au soleil, la pollution ou la fumée de cigarette, par exemple. Les radicaux libres agissent en « oxydant » d’autres molécules dans le corps, ce qui serait associé à l’apparition de maladies telles que les maladies cardiovasculaires, certains types de cancers et d’autres maladies associées au vieillissement. Le corps possède un système de défense interne contre les radicaux libres. Ce système de défense peut être amélioré par la consommation d’aliments qui possèdent un potentiel antioxydant. On retrouve aussi les antioxydants dans les vitamines, les minéraux ou encore d’autres types de composés tels que les composés phénoliques. Les principaux composés phénoliques retrouvés dans les raisins et leur jus sont le resvératrol et plusieurs flavonoïdes (quercétine, myricetine, kaempferol, catéchines, épicatéchines, proanthocyanidines et anthocyanines).

Santé cardiovasculaire. Plusieurs études d’intervention effectuées chez l’humain ont démontré un effet positif de la consommation de jus de raisin rouge sur la prévention des maladies cardiovasculaires. Parmi les effets observés, notons l’amélioration de la fonction endothéliale1,2 (élasticité ou capacité de la paroi des vaisseaux sanguins à se dilater et à se contracter) et l’augmentation de la capacité antioxydante du sang3 à la suite de la consommation quotidienne de 4 ml à 10 ml de jus de raisin par kilogramme de poids (soit 320 ml à 800 ml de jus, pour une personne de 80 kg). Dans différentes études, la consommation de jus de raisin amenait aussi une diminution de l’oxydation du cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol)2,3 et de la formation de caillots sanguins2,4,5, deux autres facteurs pouvant contribuer à améliorer la santé cardiovasculaire. Finalement, la consommation de jus de raisin a également été associée à une diminution de la tension artérielle chez l’humain, ce qui est également cardioprotecteur6. Il a été soulevé que les flavonoïdes contenus dans le jus de raisin auraient un rôle important à jouer dans ces effets observés.

Quoique certains chercheurs ont constaté que la consommation de jus de raisin pouvait amener une légère augmentation des triglycérides sanguins3 (effet non souhaitable), d’autres études n’ont observé aucun changement1,7. La quantité de sucre contenu dans ce jus pourrait être un des facteurs ayant un impact sur les triglycérides sanguins, d’où l’importance de consommer le jus de raisin sans exagération.

Le resvératrol, présent principalement dans la peau du raisin (donc dans le jus de raisin et le vin rouge), a aussi démontré un effet cardioprotecteur, entre autres par ses propriétés antiplaquettaire et antioxydante in vitro8-10. Par contre, des études seront nécessaires pour déterminer la biodisponibilité du resvératrol alimentaire et son impact chez l’humain11.

Cancer. Un effet protecteur lié à la consommation de jus de raisin a été constaté dans une étude chez l’animal, où la multiplication des cellules cancéreuses de la glande mammaire et le poids des tumeurs ont diminué, et ce, en fonction de la dose de jus de raisin administrée12. De plus, trois études in vitro ont démontré un effet protecteur du jus de raisin rouge contre le cancer (du côlon et des globules blancs), plus particulièrement grâce à la quercétine, un flavonoïde contenu dans les raisins et leur jus13-15. En effet, certains flavonoïdes contenus dans le jus de raisin pourraient inhiber l’activité d’un enzyme nécessaire à la survie de cellules cancéreuses13. Plusieurs flavonoïdes du raisin travailleraient en synergie afin d’exercer des effets semblables sur les cellules cancéreuses in vitro16. Les auteurs supposent que les flavonoïdes du raisin exerceraient un effet anticancer plus prononcé que le resvératrol retrouvé dans ce fruit. Des études à cet effet devront être effectuées afin de savoir si la consommation de raisins ou de leur jus exercerait les mêmes effets chez l’humain.

 

 

Raisin à l'alcool 

Saucisses aux raisins et figues

 

Home Page